Guinée Equatoriale - « Nous avons entrepris un travail pour réorganiser notre sélection nationale », Ndong Edu

Guinée Equatoriale - « Nous avons entrepris un travail pour réorganiser notre sélection nationale », Ndong Edu
10 mars 2019 02:43

Le président de la Fédération Équato-guinéenne de Football (Feguifut), l’Equato-guinéen Gustavo Ndong Edu, nouvellement élu à la tête de l’Union des fédérations de football d’Afrique centrale, a accordé un entretien à cafonline.com pour faire le bilan à mi-parcours de son mandat, et son travail à la tête de l’UNIFFAC.


Après un an à la tête de la Feguifut, quel bilan à mi-parcours pouvez-vous faire ?

Quand nous sommes arrivés à la tête de la fédération, il y a bientôt un an, nous avons trouvé une fédération plongée dans une crise organisationnelle inquiétante. Nous nous sommes immédiatement mis au travail sans répit et aujourd’hui, on est en train de les résoudre au cas par cas afin de laisser derrière nous une fédération digne de ce nom. Ce n’est pas facile parce que ce désordre avait été instauré il y a plus de vingt ans. Mais nous y parviendrons grâce à l’aide de tous. Et je tiens à cet effet à remercier les institutions comme la FIFA et la CAF qui nous soutiennent au quotidien dans cette tâche et je n’oublierai pas le Gouvernement équato-guinéen qui nous apporte un soutien inconditionnel.


La sélection de la Guinée Equatoriale a disparu des radars. Comment comptez-vous remettre cette équipe sur le devant de la scène continentale ?

Vous avez tout à fait raison. Le Nzalang Nacional [le tonnerre en langue Fang ndlr], notre sélection fanion éprouve d’énormes difficultés depuis 2015, juste après son épopée à la CAN que nous avions organisé. Nous nous préoccupons beaucoup de cette situation qui n’honore pas le football équato-guinéen. Quand je me rends compte par exemple que la Guinée Equatoriale ne sera pas présente à la CAN 2019, je suis triste. Nous avons entrepris un travail de fond depuis quelques mois pour réorganiser notre sélection nationale. Nous avons contacté quelques techniciens pour qu’ils nous apportent leur expertise. Dès le 22 de ce mois de mars, nous jouerons un match amical avec le Soudan. Ensuite nous poursuivrons en Arabie Saoudite pour un autre match d’essai. Ces rencontres nous permettront de tester la nouvelle sélection mise en place et de pouvoir entamer les éliminatoires de la CAN 2021 et de la coupe du monde 2022, dans un état d’esprit de conquérant.


Depuis votre arrivée, c’est du 100% équato-guinéen. Est-ce votre politique ?

Par le passé, la Guinée Equatoriale a brillé par des disqualifications et des suspensions en cascade, dues à la présence irrégulière de joueurs d’origine étrangères. Lors de ma campagne pour la présidence de la Feguifut, cet objectif faisait partie de nos propositions. Et aussitôt élu à la tête de la fédération, nous avons commencé la mise en œuvre de cette promesse en mettant l’accent sur les natifs de Guinée Equatoriale, les joueurs locaux, des équato-guinéens d’origine. Ceci pour éviter à l’avenir d’autres sanctions de la CAF et de la FIFA, parce que voyez-vous, nous avons beaucoup souffert de cette situation. Et cela a contribué à diminuer considérablement nos performances sur le terrain.


Vous êtes le nouveau patron de l’UNIFFAC. Mais pour cinq mois. Qu’allez-vous faire en un temps si court ?  

Je tiens tout d’abord à rendre hommage au président sortant de l’UNIFFAC Edouard Patrice Ngaissona. Il avait déjà entrepris des réformes et je vais continuer le travail qu’il a commencé. Ma première préoccupation sera de tout faire pour que les catégories U17 et U20 soient mieux représentés. Cette question de la présence sera mon principal cheval de bataille. Je ne vais pas oublier qu’il y a lieu d’organiser les activités sportives au sein de la sous-région Afrique centrale. Ensuite au mois de juillet prochain nous verrons si le comité exécutif m’apportera son soutien pour un mandat complet.

 

Medias

Aucune Donnée Disponible
Aucune Donnée Disponible