La révolution des Requins Bleus

La révolution des Requins Bleus
23 mars 2016 10:00

Le Cap-Vert, petit État méconnu sur le plan du football, occupe désormais la première place africaine au Classement mondial FIFA/Coca-Cola devant la Côte d’Ivoire, l’Algérie, le Ghana, le Nigeria et d'autres sélections qui, encore récemment, considéraient la sélection insulaire comme quantité négligeable.


Cette progression n’est pas le fruit du hasard : les Capverdiens collectionnent les succès à un rythme qu’aucune des équipes plus huppées du continent n’est parvenue à suivre.


Le Cap-Vert n’aurait pas pu atteindre cette première place continentale sans une nouvelle politique de sa fédération, qui a su mobiliser les Capverdiens basés en Europe. La sélection nationale s’appuie principalement sur des expatriés évoluant dans des championnats réputés, notamment au Portugal. De fait, aucun joueur resté au pays n'a participé à la Coupe d’Afrique des Nations de la CAF 2015.


Tiago Almeida, défenseur évoluant actuellement au Portugal, s’est entretenu avec FIFA.com avant de monter dans l’avion qui va le mener à Praia pour disputer sa deuxième rencontre avec la sélection capverdienne, un duel très attendu face au Maroc pour le compte des qualifications pour la CAN 2017. Il revient sur cette nouvelle politique : "Auparavant, les joueurs préféraient représenter d'autres pays. Mais la fédération a changé de stratégie, ce qui lui a permis de convaincre des joueurs installés en Europe de représenter leur pays. Les résultats n'ont pas tardé à s'améliorer".


"Maintenant, tout le monde rêve de porter le maillot de l’équipe nationale. Après la première qualification pour la CAN en 2013 et la sortie honorable en quarts de finale face au Ghana, tous les footballeurs répondent favorablement aux convocations. C’est ce qui explique la qualité de l'effectif actuel", souligne-t-il.

 

Emporté par la foule
Comment expliquer les progrès fantastiques réalisés par un pays davantage connu pour ses plages de sable fin que pour ses exploits sur le terrain, et qui n’a commencé à disputer les qualifications pour la Coupe du Monde qu’en 2000 ? Le défenseur de 25 ans, lui, a sa petite idée sur la question : "Nous représentons notre pays. Le peuple a besoin de rêver et lorsque nous pénétrons sur le terrain, nous jouons avec passion mais sans pression. Nous n’arrêtons nos efforts qu’au coup de sifflet final. La motivation et la détermination sont les armes qui nous ont permis d’obtenir ces bons résultats".


Le football a prouvé ces dernières années qu’il était bien l'une des principales consolations d’un peuple touché par des conditions économiques difficiles. "Durant mon premier voyage à Praia, j’ai vu le bonheur dans le regard des supporters. L’hôtel était encerclé par les fans de tous âges et de toutes classes sociales. Tout le monde voulait prendre des photos ou demander quelque chose aux joueurs. Les supporters sont encore plus nombreux à nous suivre pendant les entraînements et les matches officiels. Nous nous devons de leur faire honneur en leur apportant un peu de joie."


Le Cap-Vert a failli entrer dans l’histoire en 2013 en se qualifiant pour Brésil 2014, mais il a finalement échoué à la deuxième place d’un groupe dominé par la Tunisie. Almeida n’a pas participé à cette aventure, mais il s’en rappelle avec l’amertume d’un supporter : "Avant les qualifications, personne n'aurait misé sur nous mais nous avons réussi à atteindre l’avant-dernier tour. Il faut désormais apprendre de nos erreurs".


Il semble que les qualifications pour Russie 2018 arrivent au bon moment pour le Cap-Vert, qui pourrait finir en tête de l’un des groupes grâce à son bon classement mondial et aux nombreuses stars qui composent son effectif. Mais Almeida ne voit pas les choses sous cet angle : "La première place africaine nous donne davantage de responsabilités et nous devons confirmer. Nous sommes sous pression avec ce nouveau classement et chaque équipe veut désormais nous battre, ce qui suppose de redoubler nos efforts".


Cet étudiant en management du sport dans une université portugaise conclut : "Aujourd’hui, il ne nous manque pratiquement rien pour réaliser ce rêve. En tout cas, je peux vous garantir que cette jeune génération travaille à fond pour relever ce défi. Le temps est venu de reprendre le flambeau et de réaliser le rêve d’un pays tout entier".


Matchs et Résultats

Medias

CAF president with the head of state CAF president with the head of state CAF president with the head of state CAF president with the head of state CAF president with the head of state CAF President at Cape Verde CAF President at Cape Verde CAF President at Cape Verde CAF President at Cape Verde CAF President at Cape Verde CAF President at Cape Verde CAF President at Cape Verde CAF President at Cape Verde CAF President at Cape Verde Africa Cup of Nations qualifiers 2017: Ethiopia vs Rwanda Africa Cup of Nations qualifiers 2017: Ethiopia vs Rwanda Africa Cup of Nations qualifiers 2017: Ethiopia vs Rwanda Africa Cup of Nations qualifiers 2017: Ethiopia vs Rwanda Africa Cup of Nations qualifiers 2017: Ghana vs Rwanda Africa Cup of Nations qualifiers 2017: Ghana vs Rwanda

CAF president with the head of state

Parcourir tous les albums
Aucune Donnée Disponible